En France, la situation due au coronavirus semble encore se dégrader avec l’arrivé de cette troisième vague apportant avec elle un variant beaucoup plus virulent que les précédents. En effet, la liste des personnes hospitalisées à cause de la pandémie ne cessent de s’allonger à une vitesse affolante. Matignon juge d’ailleurs cette situation « critique » et les autorités se sentent quelque peu débordés. La question qui se pose est alors la suivante : avançons-nous vers un confinement total à Paris et dans toute la France ?

Nouvelles mesures renforcées

Face à cette nouvelle vague de la pandémie du coronavirus, les autorités exécutives semblent n’avoir d’autre choix que de renforcer les mesures déjà prise pour minimiser la propagation du virus. La possibilité d’un reconfinement total est alors plus que probable. Par ailleurs, lors de son discours du jeudi 25 mars 2021, Emmanuel Macron a effleuré cette éventualité. De nouvelles mesures pourraient être prises dans les prochains jours ou semaines affirmait-il. Cela n’est pas sans rappeler le confinement du printemps 2020.

Une telle éventualité dépendra bien évidemment de l’évolution de la situation. Si celle-ci se poursuit ou empire, le Président de la République pourrait annoncé un reconfinnement total, plus strict et généralisé à toute la France. Des chiffres de cette semaine du 29 mars 2021 dépendront donc les nouvelles mesures à appliquer. En effet, si le virus continue à se propager à ce rythme, les centres hospitaliers seront rapidement surchargés. Un risque que l’on ne peut plus se permettre au regard des précédentes vagues. Le ministre de la santé affirmait d’ailleurs que dans un tel cas, des mesures plus fortes seront nécessaires pour freiner la propagation du virus.

Quelles règles à suivre pour ce reconfinement ?

Depuis le week-end du 20 mars 2021, de nouvelles mesures renforcées ont été prises pour le reconfinement. Dans les départements concernés, voici donc les règles à respecter :

  • Les écoles restent ouvertes : Comme mentionné précédemment, les établissements scolaires restent ouverts pendant le confinement mais dans le respect des gestes barrières.  
  • Les commerces fermés : Mesure déjà prise lors du second confinement, cette fois également, certains commerces doivent nécessairement fermer. Selon un décret récemment publié, quelques exceptions se détachent du lot. Parmi elles, on distingue les disquaires, fleuristes, coiffeurs, chocolatiers, libraires, cordonniers. De même, les concessionnaires automobiles recevant uniquement sur rendez-vous et les boutiques d’aliments resteront ouverts.
  • Attestation obligatoire pour les déplacements de 10km et plus : Supprimée, puis de nouveau reprise par le ministère de l’intérieur, cette mesure est souvent source de désarrois. Sachez donc que l’utilisation de l’attestation se maintient mais n’est nécessaire que pour les déplacements dans un rayon de 10 km et plus. Il vous faudra alors télécharger le document avant de franchir cette limite sous peine de sanction. Pour moins, un simple justificatif de logement suffira.  
  • Le couvre-feu : Bien que les déplacements soient sans limite de temps dans un rayon de 10 km autour de votre domicile, il est tout de même important de savoir qu’un couvre-feu national a été instauré. Celui-ci reste en vigueur pour ce confinement. A 19h, tout déplacement est donc interdit quelle que soit la motivation sauf motif impérieux : maladie, déplacement professionnel…  
  • Les lieux de culte restent ouverts.
  • Le télétravail : Le gouvernement encourage encore fortement les entreprises à renforcer leurs politiques de télétravail comptant 4 jours minimum.
  • Les réunions : Bien entendu, l’interdiction des regroupements demeure et se limite à un nombre maximal de 6 personnes en extérieur.

Pourquoi des reconfinements partiels ?

D’après l’observation des spécialistes, les confinements locaux, à Paris comme ailleurs, sont à privilégier en raison des bilans quotidiens de la contamination au coronavirus en France. En effet, d’après plusieurs hauts placés du gouvernement, notons particulièrement le Premier Ministre et le Ministre de la Santé, les indicateurs de propagation du virus semblent très hétéroclites. Ils semblent également varier d’un département à l’autre.

Ainsi, nous pouvons dénombrer dans certains départements un chiffre au seuil d’alerte minimal d’environ 50 cas pour 100 000 habitants. Dans d’autres, ce seuil est largement dépassé et peut compter jusqu’à 400 cas, 700 cas ou plus.

Un reconfinement partiel a ainsi beaucoup plus de sens qu’une troisième reconfinement national. Le Conseil scientifique recommande notamment une manœuvre de confinement précoce et ciblée, ajustée selon les régions. Cela serait fait pour freiner efficacement la propagation de la maladie, avec des mesures plus strictes, dans les régions les plus atteintes avant que les services sanitaires ne soient débordés.

Confinement total à Paris, quelles probabilités ?

Quels sont les chiffres ?

A Paris et en Île-de-France, la situation est préoccupante. En effet, le jeudi 25 mars dernier, Jean Castex décrivait la troisième vague que subissaient ces régions comme étant extrêmement forte. Constat faisant suite à une descente dans un établissement hospitalier de Melun après la mise en place du reconfinement.

Effectivement, le virus continue à circuler de manière étourdissante avec un taux d’indice de 550 cas pour 100 000 habitants dans la ville de la Tour Eiffel. Un chiffre bien au-dessus du seuil d’alerte déjà rehaussé à 350 cas. On décompte également 736 cas pour 100 000 habitants en Seine-Saint-Denis. Pour la journée du 25 mars seulement, on a pu comptabiliser près de 145 nouvelles admissions dans les services de réanimation des hôpitaux. Et avec 6 796 patients hospitalisés et un taux de 122 % d’occupation, les services sanitaires de la région de l’Île-de-France se sentent à nouveau dépassés.

Pour estimer la propagation de l’épidémie, voyons les derniers bilans relevés :

En Île-de-France :

  • Hospitalisations le 28 mars 2021 : 7098 patients dont 329 nouveaux admis
  • Patients en réanimation : 1465 malades dont 93 nouvelles entrées
  • Total des décès le 28 mars 2021  : 39
  • Taux d’incidence le 28 mars 2021 : 640,3 cas pour 100 000 habitants avec une tendance à la hausse
  • Taux d’occupation des lits en réa : 127,7%

A Paris :

  • Hospitalisations le 28 mars 2021 : 1511 patients dont 92 nouveaux admis
  • Patients en réanimation : 415 malades dont 39 nouvelles entrées
  • Total des décès le 28 mars 2021  : 13
  • Taux d’incidence le 28 mars 2021 : 573,3 cas pour 100 000 habitants (en baisse)
  • Taux d’occupation des lits en réa : 127,7%

Quelles mesures prendre ?

Face à cette situation critique, le corps soignant estime les mesures prises pour ce reconfinement encore insuffisantes. L’ancien directeur de la santé, William Dab, propose d’ailleurs un allongement des vacations scolaire et un confinement total et strict à Paris et dans les zones les plus touchées. Et cela, pour une durée de 30 jours afin de casser la courbe épidémique. Le chef des urgences de l’hôpital Georges-Pompidou à Paris soutient d’ailleurs cette initiative en soulignant qu’il s’agit-là de la seule solution pour vite redresser la situation.

Valérie Pécresse, présidente de la région ïle-de-France évoquait quant à elle, le mercredi 24 mars, la possibilité d’avancement des vacances scolaires afin de pouvoir fermer les écoles dès la date du 2 avril. Proposition que le gouvernement semble dédaigner en arguant du besoin des enfants à continuer l’école le plus longtemps possible après les précédents confinements.

Pour l’heure, le confinement instauré à Paris et dans l’ensemble de l’Île-de-France devrait s’achever, à priori, le 17 avril. Délai pouvant varier selon la progression de l’épidémie.

Le confinement total peut-il être évité ?

Pour l’instant, un reconfinement territorial, plus souple, a été instauré dans plusieurs départements. C’est-à-dire, les sorties dans un rayon de 10 km sont permises de 6h à 19h, sans limite de temps. Une flexibilité que certains réprouvent. Parmi ces derniers, les syndicats d’enseignants et les professionnels de la santé. Ils demandent des restrictions plus strictes au vue de la multiplication des cas de contamination confirmés dans les établissements scolaires. Ceux-ci appellent alors à la fermeture des écoles pour épargner les plus jeunes.

L’épidémiologiste Dominique Costagliola pose ainsi son avis sur la question en soulignant la gravité de la situation dans les écoles. Celui-ci doutant qu’un confinement total à Paris, et dans toute la France, puisse être évité. Plusieurs autres experts soutiennent d’ailleurs cette idée. Ces derniers entrevoient une propagation continue du virus malgré toutes les restrictions prises.

Malgré cela, Jean-Michel Blanquer tente d’éviter cette situation en instaurant une nouvelle norme sanitaire. Dès la semaine prochaine, toute classe présentant un cas de contamination sera donc immédiatement fermée. Cette mesure sera prise pour essayer de freiner la propagation du coronavirus tout en gardant les écoles ouvertes.

Une indécision au gouvernement

Comme dit précédemment, la possibilité d’un confinement total à Paris et dans toute la nation dépendra entièrement des prochains chiffres de bilan. Emmanuel Macron se donnent ainsi 48 heures pour réfléchir à cette possibilité. Le temps également d’observer le résultat des manœuvres de freinage établis ces dernières semaines.  

L’indécision à adopter un nouveau reconfinement total peut également s’expliquer dans l’observation d’une détresse psychologique lors du second confinement. En effet, l’année passée a été éprouvant à bien des égards et de ce point de vue. Les Français auront bien du mal à supporter une nouvelle restriction de ce type. On peut notamment évoquer la lassitude des uns, la détérioration de la santé mentale et physique des autres par le manque d’activité. Ou encore la situation économique qui se trouve déjà très fragilisée dans plusieurs secteurs.

Malheureusement, si la situation continue à se détériorer à ce rythme, des mesures beaucoup plus fortes devront être prise. Le président de la commission médicale de l’AP-HP, Rémi Salomon tire d’ailleurs la sonnette d’alarme sur la nécessité « d’actionner tous les freins possibles » sans une nette évolution de la situation. Ce à quoi Olivier Véran a répondu en insistant sur le fait que le gouvernement a conscient de la situation sanitaire. Il prendra ainsi les mesures nécessaires en temps voulu.

Un autre fait penchant contre un confinement total ( Paris, France) est la politique du gouvernement à garder les écoles ouvertes. Une décision farouchement contredite par les professionnels de la santé et les corps enseignants. Ceux-ci considèrent, à raison, l’ouverture des établissements scolaires comme étant un accélérateur de la propagation de l’épidémie.

En bref,

Deux scénarios peuvent donc se produire lors des prochains jours. Le premier, si les chiffres ne montrent pas une nette amélioration de la situation le gouvernement devra se décider à pencher vers des mesures beaucoup plus strictes. Cela montrera par la même occasion l’incapacité de l’exécutif à maîtriser la propagation malgré les mesures prises. La possibilité d’un confinement total sera dans ce cas fortement envisager. Dans le cas contraire, s’il s’avère que la situation tend à se stabiliser, voire s’améliorer, la ligne de conduite sera maintenue. Il n’y aura ainsi ni reconfinnement total ni arrêt des écoles.

Tout se jouera donc dans les prochains jours, a voir directement sur notre site.